Utiliser la simulation pour accroître la productivité et la rentabilité de l’exploitation forestière

Reading Time: 4 minutes

Dans le secteur très concurrentiel de l’industrie forestière, les contrats d’exploitation forestière sont obtenus ou non en fonction de nombreux facteurs, dont le moindre n’est pas le coût. Par conséquent, les entreprises d’exploitation forestière sont souvent contraintes de fonctionner avec des marges bénéficiaires très étroites. Pour plusieurs, cependant, il existe un moyen d’augmenter la cadence de production et les profits grâce à la technologie et à la formation.

 Moins de formation = moins de profits

Les défis de rentabilité auxquels sont confrontés les entrepreneurs forestiers sont présentés par les résultats d’un sondage auprès des entrepreneurs, partagé par les Industries forestières canadiennes et woodbusiness.ca. L’étude a révélé que malgré la hausse des coûts, plus d’un tiers des entrepreneurs au Canada ont maintenu leurs tarifs. Il s’agit d’une augmentation de 8 % par rapport aux résultats d’un sondage similaire réalisé deux ans auparavant. Mais la réduction des marges fait des ravages, puisque la moitié des exploitants forestiers canadiens ont déclaré une marge bénéficiaire de 3 % ou moins, tandis qu’un pourcentage stupéfiant de 28 % affirme n’avoir réalisé aucun bénéfice. En revanche, deux ans plus tôt, 38 % d’entre eux gagnaient 3 % ou moins, et 17 % déclaraient des bénéfices stables. 

Des chiffres similaires ont été affichés dans le monde entier. Aux États-Unis, 86 % des entreprises qui ont répondu à un sondage sur l’industrie forestière ont déclaré que leur rémunération n’était pas suffisante pour soutenir l’industrie. Parmi ces entreprises, 55 % ont indiqué une baisse de modérée à forte des bénéfices.

Mais le revenu n’est qu’une partie de l’équation pour les entrepreneurs forestiers. De l’autre côté du bilan, la marée montante des coûts ne montre aucun signe de ralentissement. Bien plus de la moitié des participants au sondage ont indiqué que les dépenses liées aux équipements (achat, pièces, entretien, carburant) ont augmenté de manière significative. De même, les coûts de la main-d’œuvre, du transport, de la supervision, des assurances et des finances ont augmenté pour au moins la moitié de ces entreprises.

Confrontés à des taux d’exploitation faibles et à des coûts élevés, de nombreux entrepreneurs ne peuvent se permettre de fonctionner en dessous de leur productivité maximale, ce qui oblige finalement à reléguer la formation au second plan. Les entreprises ne peuvent tout simplement pas garder à leur service des opérateurs incapables de progresser rapidement et d’atteindre les objectifs de production quotidiens. Avec une main-d’œuvre vieillissante, ce vide en matière de formation entraînera probablement un cercle vicieux de faible rentabilité résultant d’une faible productivité.

Une voie vers la rentabilité

Les progrès technologiques ont considérablement amélioré la productivité des opérations forestières. Il est prouvé qu’investir dans des machines, même les plus basiques, permet d’augmenter le rendement et d’avoir un impact mesurable sur les résultats. De même, les entreprises qui ont pris le chemin de la mécanisation peuvent encore accroître leur productivité en tirant parti des technologies les plus avancées du secteur. Les machines à couper en longueur (CTL) , par exemple, permettent à un seul opérateur d’abattre, d’ébrancher, d’étêter et d’empiler les arbres. Le traitement d’un arbre à la souche réduit/élimine les points de contact, ce qui permet de gagner du temps et de l’argent.

Adopter la technologie est une bonne première étape. Cependant, ce type d’équipement représente un investissement important, et un retour sur investissement rapide est essentiel. Ce n’est que lorsque l’équipement est utilisé en toute sécurité et que ses capacités sont pleinement optimisées (mesurées en taux de rendement global de l’équipement ou TRG) que les investissements se traduisent par des bénéfices.

Confier les commandes d’un équipement lourd à un opérateur sous-qualifié peut être tout sauf productif. En fait, les recherches montrent que les opérateurs qui font fonctionner les équipements de manière non optimale peuvent être responsables d’une perte de 5 à 10 % du TRG. La formation est donc un facteur de réussite essentiel.

Une amélioration, même minime, peut générer un rendement substantiel. De nombreuses entreprises forestières dépensent plus de 100 millions de dollars en équipements de récolte et de transport.Une amélioration de cinq pour cent du TRG (avec le même équipement, la même main-d’œuvre et les autres intrants) pourrait dans de nombreux cas produire une amélioration de 10 à 20 pour cent.

Former pour la productivité

Selon Herman Derksen, propriétaire de Northwest Harvesting dans le centre-nord de l’Alberta, « De nos jours, vos opérateurs et votre production sont très importants. Si vous n’avez pas des gars exceptionnels dans toutes vos machines, vous ne survivrez pas. »

Jim O’Halloran, directeur du marketing des produits chez John Deere, a fait écho à ce sentiment lors d’une présentation au Forum technique forestier d’OptiLog.. Il a déclaré que nous avons atteint un point de basculement : désormais, les niveaux de productivité d’une machine varient considérablement en fonction des capacités de l’opérateur, plus de 40 % des variations de productivité des machines étant uniquement dues à l’opérateur.

Puisque les équipements lourds introduisent un élément de danger dans les lieux de travail confinés et dangereux, les machines d’exploitation forestière entre les mains d’opérateurs mal formés peuvent être mortelles. Selon le Bureau of Labor Statistics, les machines spécialisées dans l’exploitation forestière et la transformation du bois ont été impliquées dans 17 % des blessures mortelles subies par les bûcherons. Les blessures liées à l’équipement entraînent des temps d’arrêt irrécupérables, l’absence des travailleurs, des amendes, des taux d’assurance plus élevés et potentiellement des litiges.

Pour produire des opérateurs sûrs et efficaces, la formation doit être structurée, ce qui signifie aujourd’hui une formation basée sur la simulation. Bien qu’elle soit incontestablement précieuse, la formation sur le terrain des équipements est coûteuse, entrave la productivité du chantier et peut être intrinsèquement dangereuse. À l’inverse, les simulateurs constituent une alternative sûre et efficace pour les opérateurs débutants ou expérimentés. De cette façon, les entreprises peuvent atteindre des taux de production qui garantissent la rentabilité tout en réduisant les risques de sécurité.

En fin de compte

Maintenir une entreprise d’exploitation forestière sur une voie productive et fiscalement stable est plus difficile que jamais. La volatilité des marchés, l’envolée des coûts d’exploitation, la faiblesse des marges, le resserrement des quotas, la multiplication des réglementations et la faiblesse ou l’absence de bénéfices ont poussé un grand nombre d’entreprises d’exploitation forestière à bout.

Malgré cela, il existe des possibilités de croissance. La réponse réside dans l’investissement dans la technologie et dans une formation efficace. Entre les mains des opérateurs les mieux formés, les équipements d’exploitation forestière avancés d’aujourd’hui peuvent offrir des niveaux impressionnants de productivité, de rendement et de rentabilité.

Success with Simulator Training

How are leaders in the construction sector using simulators today?

Don't forget to share this post

Related Posts